Août
20
2012

Comprendre les différents sièges auto

Les accidents de la route sont la cause principale de la mort des enfants âgés de 3 à 14 ans. S’ils sont transportés dans un siège auto utilisé correctement, le risque de décès ou de blessure est trois fois moins important. C’est donc un accessoire indispensable à tout parent automobiliste responsable, mais bien souvent c’est un calvaire de choisir le bon modèle. Je vous propose donc un guide pour éclairer votre lanterne. :mrgreen:

Le siège auto, c’est comme une chaussure : trop petit, çà serre et çà absorbe pas correctement les chocs, trop grand, on est mal installé et mal maintenu. Ne prenez donc pas un siège trop grand, ce que vous économisez financièrement en gagnant quelques mois/années, vous le regretteriez très fortement en cas d’accident. Et oui, autant le dire tout de suite, çà va faire mal à votre portefeuille ! Les sièges sûrs sont un investissement mais que vaut la vie de nos adorables enfants ? Ne négligez pas la qualité de votre siège, en cas d’accident, il vaut mieux ne pas avoir à se dire « si j’avais su, j’aurais payé plus pour un meilleur siège… »

La priorité avant tout est donc de choisir un siège auto du groupe correspondant au poids de l’enfant et réellement adapté à sa morphologie.

LES GROUPES

 Les sièges auto sont classés en 5 groupes définis selon le poids de l’enfant.

  • Groupe 0 : de la naissance à 10 kg, soit environ 18 mois.
  • Groupe 0+ : de la naissance à 13 kg, soit 2 ans et demi-3 ans.
  • Groupe 1 : de 9 à 18 kg, soit 1 an à 5-6 ans.
  • Groupe 2 : de 15 à 25 kg, soit 4 à 9 ans.
  • Groupe 3 : de 22 à 36 kg, soit 7-8 ans à 12 ans.

Les groupes 2 et 3 étant de « simples » rehausseurs (avec ou sans dossier).

Pour les nouveau-nés et les enfants prématurés, la nacelle dans laquelle le bébé sera allongé sera plus confortable mais il faudra tout de même investir dans une coque du groupe 0+ assez rapidement par la suite. Ce n’est pas forcément judicieux d’un point de vue financier, les coques 0+ étant maintenant parfaitement adapté aux plus petits. Nous vous conseillons donc de faire l’investissement uniquement si vous avez prévu beaucoup de route pendant les premiers mois.

Notez que la coque (groupe 0+) peut souvent être utilisé en siège auto, sur une poussette adaptée ou simplement en promenade. Elle est donc très polyvalente.

Attention : il existe aussi des sièges couvrant plusieurs groupes :

  • Groupe 0/1 (ou 0+/1 selon les étiquettes) : jusqu’à 18 kg.
  • Groupe 1/2/3 : de 9 à 36 kg.
  • Groupe 2/3 : de 15 à 36 kg.

Pour les plus grands (groupe 2/3), choisissez de préférence des rehausseurs avec dossier qui protègeront mieux l’enfant (notamment sa tête) en cas de choc latéral.

NORMES

Vérifiez les marquages d’homologation et notamment la présence de la mention R44-04.

isofix

Exemple d’encoche Isofix

Privilégiez un siège isofix (si votre voiture en est équipée), cela facilite énormément l’installation et par conséquence réduit fortement les risques de mauvaises installations. On estime que deux sièges auto sur trois sont mal installés ! De plus, le siège sera installé en moins d’une minute. Dommage pour les autres usagers de la route ou du trottoir qui auront moins de temps pour admirer le galbe de vos fesses dépassant de la porte mais tant mieux pour votre dos… 😀

Si votre budget le permet, choisissez un système avec une embase isofix. Cela simplifie encore plus l’utilisation et sécurise d’avantage le siège. La base reste à demeure dans le véhicule et la coque est simplement cliquée dedans quand on veut l’utiliser.

Concernant l’Isofix, les modèles universels doivent forcément être munis d’un troisième point d’attache destiné à limiter la rotation du siège.

  • Exemple de troisième point IsofixIl peut s’agir soit d’une sangle s’attachant à un point particulier dans le coffre/dos du dossier de la voiture. Notez que cela peut être parfois gênant suivant votre modèle de voiture. Dans certaines, la sangle traverse tout le coffre en biais, dans d’autre il n’y a pas de passage prévu vers l’arrière et on est donc obligé de retirer ou de découper (pour les plus bricolos) la plage arrière (ne laissez pas la plage arrière partiellement attachée, en cas d’accident elle volera à travers tout l’habitacle !!)
  • Ou bien il peut s’agir d’une jambe de force à la place ou en complément de la sangle anti-rotation.

Vérifiez la compatibilité de votre véhicule avec ces différentes options et choisissez en connaissance de cause.

CRASH TEST

Les Allemands et les suisses sont en avance sur nous et effectue des crash test des sièges bébés, à l’image des crash tests des véhicules automobiles. A noter que maintenant une voiture ne peut obtenir les fameuses étoiles si elle n’a pas de fixations isofix !

Il existe donc deux listes actualisées toutes les années : celle de TCS et celle de ADAC. N’hésitez pas à les confronter et à vous baser dessus.

Dernier conseil

N’achetez pas de matériel d’occasion. Vous ne savez pas dans quel état est réellement le siège, notamment s’il a subi un accident, ce qui ne se voit pas toujours. En effet, un siège accidenté ne doit pas être réutilisé.

Si vous prenez une base, il est parfois judicieux d’acheter directement les différentes tailles de sièges qui vont avec, pour deux raisons :

  • vous pourrez mieux négocier avec le commerçant. On trouve d’ailleurs parfois ce type de pack déjà constitué en boutique ou sur internet.
  • les fabricants ont parfois tendance à faire des mises à jour « améliorant grandement la sécurité » mais rendant surtout les nouveaux sièges incompatibles avec les anciennes bases. Vous obligeant donc à en racheter une

Quel siège est le meilleur ?/ Vous n’avez toujours rien compris

Choisissez l’un de ces modèles recommandés par papounet.tk dans le Top 3, vous êtes sûr de ne pas vous tromper comme çà. 😉


3 Commentaires Commenter

Laisser un commentaire